Revue de presse

Rejoignez nous !

FacebookCliquez sur le logo Facebook pour atteindre notre page


Emission sur 47 FM

Emission enregistrée au Bistrot Voltaire le 23 novembre 2012 dans le cadre des jeunes talents en Lot et Garonne. Diffusion le 24 novembre 2012.
Durée : 50 min

La presse en parle...





Publié le 30/06/2011 | sudouest.fr




Le second souffle des soirées agenaises
Rue Voltaire et alentours, de l'heure de l'apéritif jusqu'à 2 heures du matin, de nouveaux acteurs (ré) animent le centre-ville.

Aurélie Chaudruc est revenue, par choix, au cœur de sa ville de naissance pour ouvrir le Bistrot Voltaire.
Partager
   
     
«La rue recommence à bouger, il y a une émulation et c'est vraiment agréable ! » En 2007, Carole Sage ouvrait Le Ratafia, rue Voltaire. À l'époque « il n'y avait que deux restaurants et, en terrasse, à peine trois tables qui se battaient en duel… » De là à dire que la restauratrice a servi de moteur à ce renouveau…

Dans la rue, les anciens font de la résistance, les affaires ne restent pas longtemps fermées et de nouvelles voient le jour. Le Malaga n'a qu'un an, le Savoyard va être repris, le Eighteen a fait d'importants travaux, Chez Truffon est devenu le Take Off et l'ancien Pastificci, le Bistrot Voltaire…



L'émulation gagne même la plus discrète rue Richard-Coeur-de-Lion. Après Chez Padre, voilà Beñat. La taverne basque doit son nom à la contraction de deux prénoms : Betty et Nathalie Pâris.

Les deux belles-sœurs se sont « associées » : Nathalie, responsable d'une agence d'intérim, a concrétisé un vieux rêve et diversifie ainsi, trois soirs (jeudi, vendredi et samedi) par semaine, son activité professionnelle. Betty, connue notamment pour son carnet d'adresse d'ancienne organisatrice de la Nuit des leaders, se charge de l'événementiel et de la communication.

Trentenaires et quadras
« J'ai pu entièrement créer un espace à mon goût », évoque Nathalie. Tortillas et charcuteries, tapas et pintxos, vins au verre et sangria en sont les fondamentaux. L'addition, elle, est basée sur la confiance et déterminée par le nombre de piques retrouvées dans l'assiette en fin de soirée. Beñat n'est pas un restaurant mais se présente comme « un lieu chaleureux » où l'on peut venir picorer entre amis ou avec ses enfants.

Au carrefour, juste en bas de la rue, Aurélie Chaudruc a quant à elle, ouvert un restaurant, un vrai. À 34 ans, la jeune femme se lance dans sa première affaire en solo. Après avoir été longtemps associée, à Pau, elle ne voulait plus travailler dans un bar de nuit. Une envie de calme et de contact. Chez elle, en effet, on peut boire un verre et manger une planche de fromages affinés, de charcuteries sélectionnées ou de tapas réalisés par le cuisinier qui l'a suivie dans l'aventure, ou opter pour une entrecôte digne de ce nom et un grand cru. Au comptoir, pour discuter, ou en salle (50 couverts).

Aurélie, Agenaise de naissance, n'aurait pas voulu s'installer ailleurs que rue Voltaire : « À Jasmin, c'est l'univers de la nuit. Ici, c'est l'hyper-centre, il y a quelques touristes l'été, les parkings sont proches… » Pour rien au monde, cette addict du centre-ville ne se serait installée à Lamothe-Magnac : « C'est tout un système économique ici. Et plus la rue travaillera, plus chacun y trouvera son compte. »

Solidarité entre commerces
Le quartier, d'ailleurs, attire surtout « une belle clientèle de trentenaires et quadras ». L'Agenais Hubert Gaulin et son associé, Arnaud Gouel ne s'y sont pas trompés. Les deux amis, qui se sont rencontrés à Cannes, ont racheté le bar à vin Chez Truffon et se sont lancés dans un vaste chantier. Les esthètes de la nuit ont ouvert le Take Off avec l'objectif de « contribuer à dynamiser la rue et à centraliser cette clientèle ». Le lieu, entièrement accessible aux personnes handicapées se veut « évolutif ». Le rez-de-chaussée est un bar qui propose avant tout les spécialités d'Hubert, à savoir les cocktails concoctés à base d'alcools de choix qui, selon lui, font partie de « la gastronomie liquide ». Comme le choix des ingrédients, la décoration des lieux, elle non plus, n'a pas été laissée au hasard. « Un bar, c'est fait pour s'évader », juge le jeune quadra, au milieu de pièces liées à l'aviation et qui sont toutes à vendre. « Ca permettra de renouveler la déco… »

Le concept, original, ne sera pas isolé. Les deux compères prévoient d'ouvrir d'ici peu le premier étage pour en faire un club privé, auquel seuls les membres pourront accéder, destiné dans un univers cosy, à la dégustation de cigares et de spiritueux… L'étage, aussi, deviendra une galerie d'art à part entière.

Les associés prennent leur temps. Ils veulent tester diverses versions de leur concept, pour, en cas de succès, en faire une chaîne. À terme, aussi, ils comptent proposer, à l'heure de l'apéritif, une formule comprenant un verre et une assiette de tapas provenant… Au choix des clients, d'un des autres établissements de la rue.

Le quartier est plus vivant que jamais. À deux pas de la place Jasmin, toujours aussi animée et du Gravier, dédié aux noctambules et promis, lui aussi, à encore beaucoup de nuits de fête.

Agen · Lot-et-Garonne

Publié le 11/06/2011 | LaDepeche.fr 


Le Bistrot voltaire a ouvert






Le Bistrot voltaire a ouvert


Il a pris la place de l'épatant « Pastificci », au 45 de la rue Voltaire. Juste derrière le somptueux théâtre Ducourneau. Le « Bistrot Voltaire » a ouvert ses portes et sa carte depuis le 24 mai dernier, dans un nouveau décor, refait du sol au plafond. Derrière le comptoir en bois, rectangulaire et spectaculaire, Aurélie Chaudruc, Agenaise bon teint, vous accueillera avec le sourire. Un retour aux sources, en quelque sorte, pour cette petite-fille de commerçants agenais, formé à l'école hôtelière de Biarritz, passée par le célèbre buffet de la Gare, parachutée dans les Alpes, sur la Côte d 'Azur puis à la fameuse bodéga San Fermin, à Pau, après une escale américaine dans les rocheuses à Sun Valley, comme maître d'hôtel d'un restaurant huppé. La revoilà, enfin, au pays. Chez elle. Des idées plein la tête, des saveurs plein l'assiette. Venez découvrir son thon façon Rossini, ses œufs au plat, au roquefort et aux noix, ses fromages AOC. Le «Bistrot Voltaire» est ouvert tard le soir. C'est toujours bon à savoir… Cuisine traditionnelle, formule midi à 13,50 € (entrée, plat dessert), ambiance cosy. La patronne finit parfois la soirée au piano.

Bistrot Voltaire, 45 rue Voltaire. Ouvert du lundi au samedi soir, fermé samedi midi, dimanche et lundi soir. Tel : 05 53 47 62 42.




Cliquez pour agrandir l'image

Publié le 6/06/2011 | sudouest.fr

Cliquez sur l'article pour zoomer
Cliquez pour agrandir l'image

Publié dans le numéro de mars 2012 du Sud Ouest Gourmand

Cliquez sur l'article pour zoomer


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mardi 27 juin 2017